Léon Hamonet par son petit-fils Georges Deshayes

HOMMAGE A MON GRAND-PERE

 

                Rien ne prédisposait  mon Grand-Père à devenir artiste peintre. La famille Hamonet, originaire d’Erquy, était tournée vers la mer, la grande pèche, même si, au 18ème siècle, l’un de nos ancêtres Laurent Bonaventure Hamonet commanda un temps  « La Confiance » de Surcouf.

Né, en 1877, à Erquy, d’un père capitaine au long cours il était destiné à s’investir dans le commerce de la morue. Sa santé précaire et son peu d’intérêt pour cette activité le feront s’orienter vers sa passion, la peinture, après un passage brillant aux beaux-arts à Bordeaux.

Aîné des petits enfants, j’ai eu le privilège de le côtoyer, de partager son existence, d’apprécier son intelligence, sa sensibilité, son humour, lors  de mes vacances à Erquy ou de ses séjours à Mur de Bretagne où nous habitions et où il venait voir sa fille, ma  Mère, épouse du Docteur Deshayes. J’ai pu le voir travailler, s’adonner à son art. Il voulait transmettre ce que son regard ressentait, les émotions éprouvées devant la beauté d’un paysage. Il savait apprécier et nous faire aimer, sous son pinceau de magicien, cette mer calme ou sauvage, les falaises de grés roses, les landes, les chemins creux. Nul, mieux que lui, n’a su rendre, avec  autant d’émotion, de précision l’atmosphère de tous les beaux sites de notre région.

          Il avait son atelier à la Ville Bourse, mais ce qu’il préférait le plus c’était le contact avec la nature. Dans un courrier il écrit avec humour, « Ma moto est garnie de combustible, prête à dévorer l’espace qui nous sépare du Cap Fréhel ; comme les aviateurs, qui attendent pour traverser l’Atlantique, j’espère de meilleures  conditions atmosphériques ».

          Je l’ai quelquefois accompagné, il se déplaçait à vélo avec, fixé sur son porte- bagages, son pliant, sa boîte de couleurs sans oublier son ombrelle pour s’abriter du vent et dans sa poche son briquet à amadou pour allumer et réallumer l’éternelle cigarette qu’il avait aux lèvres.  Arrivé à l’endroit choisi il me donnait les raisons de son choix. Pour autant que je me souvienne il dessinait au crayon les contours et les lignes principales, puis il sortait tubes de couleurs et pinceaux.

Excellent dessinateur il reproduisait avec finesse, sensibilité et précision le paysage qu’il avait devant lui, donnant toujours une impression de continuité, d’infini à ses paysages. Ses aquarelles sont  lumineuses, colorées. C’est aussi un portraitiste confirmé. Il a laissé de nombreux pastels des membres de sa famille ou de ses amis.

Ennemi des salons et des expositions officielles il a toujours exposé dans de nombreuses galeries :  Saint-Brieuc, Dinan, Rennes, Nantes ou Le Havre. Ses peintures, aquarelles, huiles ont toujours attiré l’attention par leurs qualités.

Il aimait surtout voir ses tableaux partir entre les mains des amoureux de la région.

Impliqué dans la vie de son pays il répondait favorablement aux sollicitations ; c’est ainsi qu’à la demande de  « l’Association des chefs de Famille » il a réalisé des tableaux  qui se trouvent toujours dans la salle du cinéma. Il a également collaboré au journal paroissial «  La Mouette » en illustrant la une.

Il suivait de près certains évènements familiaux de ses concitoyens. Des bénéficiaires m’ont ainsi informé avoir reçu en cadeau une de ses œuvres lors des baptêmes, communions, mariages.

Grand-Père attentionné, éducateur, il nous a inculqué des valeurs  simples mais essentielles à la vie en société.

Il était fasciné par les exploits des aviateurs et des marins Il possédait le récit du tour du monde effectué par A.Gerbault et nous en parlions souvent. L’aventure du « Tom Tiki » le passionna aussi

Très curieux des évènements de ce monde il attendait avec impatience son journal quotidien et nous en  faisions l’analyse.

          Je pense qu’il a pu s’adonner à son art en toute sérénité grâce  au soutien de ma Grand-Mère, femme de caractère et maîtresse de maison accomplie, très sociable, aimant comme lui se retrouver au milieu des siens.

          Son souvenir reste, à jamais, gravé en moi.

          Tous mes remerciements vont aussi à Marie Annick Hamonet ma cousine, qui grâce à la création de "l’Association des amis du peintre Léon Hamonet" a pu continuer à perpétuer sa mémoire.

 

          Georges DESHAYES 

Petit-fils de Léon HAMONET

Extraits de lettres à sa fille, Suzanne

Extraits de lettres de mon grand-père à sa fille, Suzanne, en rapport avec son activité artistique.

Ecrits originaux détenus par Georges DESHAYES.

 


  « Erquy le 13 juin 1926 

… Nous sommes allés, ta maman et moi, porter des aquarelles à «  la Chaumière « surtout pour voir l’arrangement breton d’une petite salle à manger. Il n’y a rien d’extraordinaire mais, tout de même, avec des moyens simples, la propriétaire à donner un cachet rustique à cette pièce…..

                                                                                                   

« 19 Octobre 1926 

…Le facteur nous a remis ta lettre vers 4 heures hier soir et je l’ai trouvé à mon arrivée du travail, à la nuit, car j’étais à peindre du coté des bois du Guen….

 …Sais-tu que nous avons commencé à faire du feu dans la salle à manger. La maman a rapporté de Saint- Brieuc un bon soufflet neuf, pas asthmatique ni bronchitique pour un sou…

 

« 13 novembre 1926 

…Aujourd’hui je suis allé peindre aux Renardières le matin et au Portuais le soir. Il faisait très beau et je n’ai pas souffert du froid, mais les autres jours le Diable était encore détaché et nous a cassé des fils dans l’avenue et privé de lumière. C’est novembre, mois triste, pluvieux et venteux…

 

« 25 Novembre 1926 

…Mon petit Suzon, je vais faire une cigarette, puis quand elle sera terminée, j’irai à dodo pour recommencer le travail dans mon Atelier demain matin. J’essaie de faire quelques vues d’hiver mais grand Dieu, il ne fait pas chaud assis sur un pliant et il faut avoir le feu sacré pour vous réchauffer…

 

« 14 Janvier 1927 

…Je viens de faire 3 aquarelles pour les enfants de tante Elise.Il y avait bien longtemps que c’était promis …

                                                                                                  

 « 8 Octobre 1928 

…Demain Monsieur et Madame Copeau et une autre personne du Val-André viennent faire un petit tour à l’Atelier.Je sors peu et je travaille à satisfaire les commandes de l’été…

                                                                                                                                

«13 Décembre1928 

…Mademoiselle Léger est venue aujourd’hui, jeudi, pour acheter deux aquarelles destinées à des cadeaux…

                                                                                                                               

« 17 Décembre 1928 

…Je crois t’avoir dit que le docteur Clot de Pau m’a demandé une aquarelle par l’intermédiaire de Monsieur Humber. Je vais la lui expédier cette semaine. Jeudi dernier, par Monsieur Paturel, j’en ai envoyé 5 petites, toutes petites, à la galerie Gaudu, en prévision du premier de l’an…

                                                                                                                                

« 27 Janvier 1929 

…Ce matin Madame Morlet, Mesdames Fatus et Blanchet sont venues à l’Atelier choisir une Aquarelle…

   …J’ai reçu une invitation à exposer à Nantes à la Galerie Décré. J’enverrai probablement quelques petites aquarelles et tempéra. Nantes est une ville qui s’intéresse aux arts et c’est une grande ville ou il y a des éléments d’amateurs.

…J’attends toujours des petits cadres. Monsieur Verdier devait m’en faire envoyer de chez Conrad…. Je vais être obligé d’écrire…. S’il y avait un service d’avion  Erquy-Paris je prendrais un A.R.ou un billet de parterre pour être bien..

                                                                                                                                  

« 22 Février 1929 

…J’ai rempli 5 ou 6 petits cadres. Ça fait mignon et je crois que ça se vendra. De Dinan Carembat me demande des aquarelles mais je n’ai pas le temps pour Pâques de lui en faire beaucoup. DE Cambrai Madame la Contesse de La Motte ayant vu une de mes aquarelles, chez Madame Legrand, me demande la même. Cette Dame a habité Saint-Brieuc pendant 11

ans et regrette la Bretagne. Je la comprends le Nord ne peut, je crois, rivaliser avec notre pays

Comme attrait au point de vue pittoresque.

                                                                                          

…Je travaille ces jours ci pour le Capitaine Trancart qui m’a relancé dernièrement. J’ai bien envie d’être débarrassé de toutes ces commandes pour m’occuper de mes petits cadres et faire de nouvelles choses…

                                                                                                     

 « 8 Mars 1929 

…Je travaille toujours à l’Atelier et plusieurs des petits cadres, une douzaine au moins, sont garnis de Fauconniere, pointe des Grottes, morceaux de nos côtes…Ce n’est qu’un commencement, je compte bien multiplier ces petites choses que tu remettras, avec le sourire, aux Parisiens moyennant finance s’entend…

                                                                                                                         

« 14 Mars 1929 

…Le Capitaine Trancart m’accuse réception de mes Aquarelles et me raconte combien il fait beau à Oran…

…Je viens de commander 50 petits cadres et 10 ovales. Tu vois que pour moi les vacances seront bien remplies.

                                                                                                       25 Avril 1929 

…Nous avons eu dimanche soir une visite de la famille Paturel, père, mère, Jojo et Jacques.Les pauvres gosses ont eu du mal à ne pas s’endormir vers 10 heures. A propos de Jojo, il faut laisser de côté le petit cadeau de communion…Cet enfant a discrètement dit qu’il serait comblé s’il pouvait avoir un petit tableau de ton papa et comme c’est chose faisable, le cadeau se retrouvera fait …

…Je n’ai pas encore de nouvelles de Madame Jeantet à laquelle j’ai envoyé  14 petits tableaux voilà une dizaine de jours. Je pense en avoir sans tarder.

…J’ai commandé une dizaine de cadres assez grands dont 3 pour l’Hôtel Maillard.Je vais soigner ces aquarelles qui m’amèneront peut-être des amateurs .

                                                                                                                                 

« 6 Juin 1929 

…Madame Giblat m’a redemandé des aquarelles et nous a même invités, ta maman et moi, à aller passer quelques jours à Dinan ,chez elle ,pour que je lui fasse des vues de cette ville. J’ai remercié vivement sans pouvoir accepter .

                                                                                                                                 

 20 Juin 1929 

…J’ai envoyé à la Potinière ,quelques petites aquarelles .

…Chez Maillard , je vais emporter 2 grandes, au Cap Fréhel 6 et chez Mariette il y en a 2.

Espérons que cette semence aura ses fruits . Aujourd’hui M et Madame Coppeau ont emporté les 3 aquarelles convenues .