Léon Hamonet par son petit-fils Georges Deshayes

HOMMAGE A MON GRAND-PERE

 

                Rien ne prédisposait  mon Grand-Père à devenir artiste peintre. La famille Hamonet, originaire d’Erquy, était tournée vers la mer, la grande pèche, même si, au 18ème siècle, l’un de nos ancêtres Laurent Bonaventure Hamonet commanda un temps  « La Confiance » de Surcouf.

Né, en 1877, à Erquy, d’un père capitaine au long cours il était destiné à s’investir dans le commerce de la morue. Sa santé précaire et son peu d’intérêt pour cette activité le feront s’orienter vers sa passion, la peinture, après un passage brillant aux beaux-arts à Bordeaux.

Aîné des petits enfants, j’ai eu le privilège de le côtoyer, de partager son existence, d’apprécier son intelligence, sa sensibilité, son humour, lors  de mes vacances à Erquy ou de ses séjours à Mur de Bretagne où nous habitions et où il venait voir sa fille, ma  Mère, épouse du Docteur Deshayes. J’ai pu le voir travailler, s’adonner à son art. Il voulait transmettre ce que son regard ressentait, les émotions éprouvées devant la beauté d’un paysage. Il savait apprécier et nous faire aimer, sous son pinceau de magicien, cette mer calme ou sauvage, les falaises de grés roses, les landes, les chemins creux. Nul, mieux que lui, n’a su rendre, avec  autant d’émotion, de précision l’atmosphère de tous les beaux sites de notre région.

          Il avait son atelier à la Ville Bourse, mais ce qu’il préférait le plus c’était le contact avec la nature. Dans un courrier il écrit avec humour, « Ma moto est garnie de combustible, prête à dévorer l’espace qui nous sépare du Cap Fréhel ; comme les aviateurs, qui attendent pour traverser l’Atlantique, j’espère de meilleures  conditions atmosphériques ».

          Je l’ai quelquefois accompagné, il se déplaçait à vélo avec, fixé sur son porte- bagages, son pliant, sa boîte de couleurs sans oublier son ombrelle pour s’abriter du vent et dans sa poche son briquet à amadou pour allumer et réallumer l’éternelle cigarette qu’il avait aux lèvres.  Arrivé à l’endroit choisi il me donnait les raisons de son choix. Pour autant que je me souvienne il dessinait au crayon les contours et les lignes principales, puis il sortait tubes de couleurs et pinceaux.

Excellent dessinateur il reproduisait avec finesse, sensibilité et précision le paysage qu’il avait devant lui, donnant toujours une impression de continuité, d’infini à ses paysages. Ses aquarelles sont  lumineuses, colorées. C’est aussi un portraitiste confirmé. Il a laissé de nombreux pastels des membres de sa famille ou de ses amis.

Ennemi des salons et des expositions officielles il a toujours exposé dans de nombreuses galeries :  Saint-Brieuc, Dinan, Rennes, Nantes ou Le Havre. Ses peintures, aquarelles, huiles ont toujours attiré l’attention par leurs qualités.

Il aimait surtout voir ses tableaux partir entre les mains des amoureux de la région.

Impliqué dans la vie de son pays il répondait favorablement aux sollicitations ; c’est ainsi qu’à la demande de  « l’Association des chefs de Famille » il a réalisé des tableaux  qui se trouvent toujours dans la salle du cinéma. Il a également collaboré au journal paroissial «  La Mouette » en illustrant la une.

Il suivait de près certains évènements familiaux de ses concitoyens. Des bénéficiaires m’ont ainsi informé avoir reçu en cadeau une de ses œuvres lors des baptêmes, communions, mariages.

Grand-Père attentionné, éducateur, il nous a inculqué des valeurs  simples mais essentielles à la vie en société.

Il était fasciné par les exploits des aviateurs et des marins Il possédait le récit du tour du monde effectué par A.Gerbault et nous en parlions souvent. L’aventure du « Tom Tiki » le passionna aussi

Très curieux des évènements de ce monde il attendait avec impatience son journal quotidien et nous en  faisions l’analyse.

          Je pense qu’il a pu s’adonner à son art en toute sérénité grâce  au soutien de ma Grand-Mère, femme de caractère et maîtresse de maison accomplie, très sociable, aimant comme lui se retrouver au milieu des siens.

          Son souvenir reste, à jamais, gravé en moi.

          Tous mes remerciements vont aussi à Marie Annick Hamonet ma cousine, qui grâce à la création de "l’Association des amis du peintre Léon Hamonet" a pu continuer à perpétuer sa mémoire.

 

          Georges DESHAYES 

Petit-fils de Léon HAMONET